Imprimer (nouvelle fenêtre)

Habitat, cadre de vie


Découvrez sur cette page l'environnement du village de Machault, entre vallée et rus, un lieu naturel répertorié dans l'Atlas des paysages.

L'habitat


L'habitat du village est regroupé dans le Bourg le long de sa rue principale d'environ 1 000 m, dite rue des Trois Maillets ; au hameau de Villiers, au nord ; au hameau de Heurtebise et aux Vieux Prés au sud ; et, à l'ouest, à l'Orée de Machault et dans la rue de Champagne. 

 En dehors du village, on trouve la ferme de Gaillard, à vocation toujours agricole ; le repaire de chasse de la Sablonnière, sa dépendance des Trois-Chênes et l'aile droite de la maison Saint-Hubert (dont le pavillon de garde est situé sur la commune de Valence-en-Brie). 

Site naturel

Un plateau

Le site naturel de Machault est un plateau d'altitude de 100 à 110 m, coupé par la vallée Javot. Celle-ci est parcourue par un ru, dit souvent ru Javot même s'il semble que ce n'était à l'origine que le nom de la vallée.

La Vallée Javot

Il s'agit des prés situés au fond de la vallée, compris entre le pont en bois sur le chemin de Bailly et deux cents mètres avant le pont de Chapendu. Ils sont nommés : la Bonde et les Grands Vallées. Ils sont ceints de grillages en principe. Tout le monde peut s'y promener hormis les périodes de foin ou lorsque les prés sont loués pour y faire paître des animaux, généralement des chevaux. Il y a là 13 ha de prés. 

Ils constituent un merveilleux panorama changeant avec les saisons. C'est un lieu de calme absolu troublé par les seuls cris des oiseaux ! Ils sont traversés en leur centre par une petite passerelle. On y accède par le chemin de Bailly (prendre à Villiers ou au Chemin Vert) ou par la sente de la Passerelle (prendre à droite du cimetière). Ils sont parcourus par le ru de Javot qui quelquefois déborde largement. Ces prés ont été achetés par la commune vers 1990, avec l'objectif d'y créer un plan d'eau vers la passerelle ! Au lieu-dit la Bonde, un rétrécissement montre une construction ancienne qui fait penser à un barrage pour un moulin qui n'a jamais existé. Ou était-ce une amorce de pont en cas de crue ?  


Jadis le sol de Machault était plutôt gorgé d'eau de surface, ce qui donnait des terrains en apparence marécageux, mais les constructions tel que l'Autoroute et les rames de TGV, les drainages récents et le manque de pluie de ces dernières années l'ont asséché. 

Le ru Javot

Le ru Javot prend sa source entre Montigny-Lencoup et Villeneuve-les-Bordes et draine les communes de Coutençon, Échouboulains, Valence-en-Brie, Pamfou, Machault et Féricy avant de se jeter dans la Seine à Barbeau (commune de Fontaine-le-Port). Dans les dernières années, son cours a été modifié. Auparavant, les années pluvieuses, été comme hiver, il inondait les prés traversés.

Le ru Cliquot

Par ailleurs, tout le sud du territoire de la commune est drainée par un petit ru, le ru Cliquot, qui prend naissance dans les bois de Gaillard et de Saint-Hubert ; il longe ensuite les bois de la Sablonnière puis de l'Épinard avant de se diriger vers Fontaineroux, en obliquant vers la Grand'roue pour se jeter dans le ru de la vallée Javot en-dessous de Féricy, au bas de la côte dite des Coqs. 

Le ru Cliquot, qui peut avoir parfois un débit très important, récupère l'eau des champs drainés de Machault et celle des bois de Gaillard, la Sablonnière, l'Épinard et de la forêt de Champagne et Fontaineroux.

Les mares

La superficie des plans d'eau de la commune a représenté jusqu'à 6,5 ha, pour l'essentiel des mares situées en forêt. Certaines existent toujours, comme celle de la Nonnette qui avait la réputation d'être très poissonneuse avant que la sécheresse de ces dernières années n'en détruise le biotope.  

A Machault même, jusqu'en 1975 environ, il y avait quatre belles mares ; on leur donnait le nom de canal à cause des murets qui les entouraient. Elles ont malheureusement été comblées.

Les zones boisées

La forêt située au sud du territoire communal comprend une petite partie domaniale qui est la continuité de la forêt de Champagne et faisait partie des anciennes terres de la ferme détruite de Mouligny. Une autre grande partie est gérée par des groupements forestiers privés : elle est constituée des bois dits de l'Épinard, de la Sablonnière et des Trois-Chênes, et, à l'est, des bois de Saint-Hubert.